Home / Politica / Florence : La “nouvelleˮ droite italienne est née à Florence

Florence : La “nouvelleˮ droite italienne est née à Florence

Que représente aujourd’hui Renzi ? Qu’est-ce que “son” Parti démocratique ? Comment peut-on qualifier l’action de son gouvernement ? Après la grande manifestation de la Confédération générale italienne du travail ( CGIL [1]) à Rome et le meeting de la Leopolda [2] à Florence, peut-être est-il plus facile d’apporter une réponse à ces questions. 

Commençons par les deux premières questions, avec une prémisse : ce grand garçon vif et très ambitieux est le fils de prédilection de la longue et persistante crise de la politique que nous subissons depuis la fin des années 80 et du modèle berlusconien, qu’il a intelligemment interprété et chevauché pendant plus de vingt ans. Cela ne fait aucun doute : le Cavaliere est politiquement fini, mais son héritage continue à peser, se mêlant aux effets toxiques, sur le versant politique et social, de la crise économique encore en cours. De quel modèle s’agit-il ? Il est constitué, à mon avis, par trois éléments principaux qui, mutatis mutandis, renouvellent avec Renzi leur présence dans le système politique italien.

  1. La politique est communication. Berlusconi a été le pionnier de la télévision commerciale dans notre pays et le premier homme politique du monde qui ait conçu son parti comme une marchandise quelconque à placer sur le marché. En l’occurrence, nous parlons évidemment du marché électoral. En outre, Forza Italia, qui, déjà par son nom, renvoyait au génie de la trouvaille publicitaire, est née d’abord à la télévision, sous forme de spot, et ensuite seulement dans le pays réel, dans les villes et les régions.

Avec le temps, même Forza Italia a dû faire quelques concessions aux règles, et même aux liturgies, de la politique traditionnelle, en se donnant un minimum d’organisation au niveau central aussi bien que périphérique. Et pourtant, on ne peut pas ne pas reconnaître que c’est plutôt la politique traditionnelle qui s’est forzaitalianisée que le contraire (la chute des adhérents du Parti démocrate (PD) confirme largement cette thèse).

  1. Le parti est son leader. Ce phénomène aussi, qui s’est énormément développé dans notre pays ces dernières années, provient dans une certaine mesure de la graine berlusconienne, responsable d’une vision des partis et de la politique où, ce qui compte, c’est principalement le charisme du chef et son savoir apparaître télévisuel. En somme, c’est une certaine vision de la politique qui a fait école, vision qui, du côté du parti berlusconien, a été jusqu’à un certain point codifiée, avec une référence explicite à la célèbre catégorie webérienne du pouvoir charismatique.
     
  2. Ce qui compte, c’est la volonté du peuple. La volonté populaire, dans cette optique, devient la seule source de légitimation du pouvoir charismatique, et même aux dépens des règles formelles de la démocratie et de la confrontation avec les corps intermédiaires de la société. Le raisonnement est celui-ci : qui a reçu un mandat du peuple pour gouverner ne doit de comptes de son action qu’à celui-ci.

C’est le jeu de poker du populisme post-moderne, de la démocratie télévisuelle (et du web), nouvelle frontière de l’intégration passive des masses dans la vie publique de la nation. Télécommande, clavier et smartphone à la place des lieux physiques de la discussion, de la confrontation, de la socialisation des idées. Et le vote (y compris les primaires) pour donne un blanc-seing à l’homme providentiel.

Matteo Renzi : une politique de présence généreuse sur les plateaux de télé national-populaires [3], la primauté des diaporamas sur la présentation formelle des mesures adoptées, l’image de l’homme seul aux commandes, la rhétorique du nous sommes légitimés par 40,8 % des électeurs [4] et celle du changement entravé par les lobbies, la bureaucratie et des pouvoirs forts qu’on évoque sans les identifier, l’intolérance à l’égard des syndicats, des intellectuels et, en général, de toute divergence d’opinion, ne constituent-ils pas les ingrédients d’une version 2.0 du berlusconisme que nous avons connu dans les années passées ? Aucun doute possible, car entre Renzi et Berlusconi, la seule différence c’est Twitter [5]. Même la croisade contre la gauche (sic !) du parti apparaît comme une suite de la rhétorique berlusconienne contre les communistes, ennemis imaginaires, bien sûr, qui n’existaient que dans la propagande, exactement comme les ennemis du peuple n’existaient que dans la propagande des partis staliniens.

Le reste est le fruit de la crise économico-financière qui a éclaté il y a sept ans, et que les élites capitalistes ont élevée au rang de méthode de gouvernement, soutenant partout la cause du transversalisme et des larges ententes, appuyant (y compris financièrement) des personnages médiocres et obéissants à la tête des gouvernements nationaux.

Lors du dernier meeting de la Leopolda, le PD néo-berlusconien a définitivement perdu ses complexes. De fait, on y a envoyé à la casse [6] tout sens résiduel de la pudeur face à l’évolution d’un parti toujours plus en phase avec son leader et son exhibitionnisme médiatique hypertrophié. Un nouveau parti est né, de droite par sa vision de l’économie et de la société, populiste et inspiré par les pouvoirs forts, adapté à la direction autoritaire de la crise. Jugement trop sévère ? Je ne saurais trouver d’autres expressions pour définir une force politique dans laquelle il y a un espace pour les positions du financier Serra [7] sur le droit de grève !

Venons-en pour finir au contenu de l’action du gouvernement. Le mot-clé de la pensée-Renzi estchangement. Un terme qui, en même temps que celui de progrès, a toujours constitué la base du langage de la gauche. Avec une différence de fond : le changement que préconise le chef de gouvernement, sous la dictée de la Confindustria [8] et de la Troïka, est un changement régressifqui, au nom de l’idéologie néo-libérale aujourd’hui dominante, a pour but de déstructurer et alléger ce qui reste du modèle social européen dans notre pays, dans la continuité des dures politiques d’austérité déjà adoptées par les gouvernements précédents, à partir du gouvernement, terne et rigoriste, de Monti.

Ce qui distingue cette phase des précédentes, c’est seulement l’habile et efficace déclinaison populiste et démagogique des choix qui s’accomplissent, avec inversion frauduleuse du signe et de la finalité des mesures périodiquement adoptées : on reste dans le cadre de l’austérité tout en décrétant son échec ; on coupe dans les droits sociaux tout en annonçant leur extension ; on crée une nouvelle précarité tout en en proclamant à son de trompe la fin.

La Loi de stabilité [9] qui vient d’être adoptée, et qui, pour être comprise, doit être lue en coordination avec la délégation sur le travail (Jobs Act) [10], est le manifeste de ce nouveau cours du PD : vieilles recettes libérales (moins de taxes sur les entreprises = croissance) et attaque contre les droits des plus faibles présentée comme s’il s’agissait d’une solution (de gauche) aux croissantes et insupportables inégalités de notre société. Bref, l’acte de fondation de la nouvelle droite italienne, qui a trouvé, dans l’ancienne gare de Florence, sa consécration triomphale et incontestée.

Notes

[1] La Confederazione Generale Italiana del Lavoro (CGIL) est l’équivalent italien de la CGT.

[2] la stazione Leopolda est l’ancienne gare de Florence où Renzi (ex-maire de Florence) réunit ses partisans.

[3] Matteo Renzi da Barbara D’Urso. Enrico Mentana: « Lui fa ascolti, per questo viene trattato con tutti gli onori » (huffingtonpost.it, italien, 20-10-2014)

[4] 40,8 % est le résultat obtenu par le Parti démocrate (PD) aux dernières élections européennes.

[5] La mention de Twitter fait allusion au discours de Renzi lors de la Leopolda : il s’est moqué des gens qui, quand on leur met un smartphone entre les mains, demandent où est la fente pour mettre le jeton.

[6] Envoyé à la casse fait référence au surnom de Renzi : il Rottamatore, celui qui envoie à la casse les hommes politiques archaïques.

[7] Davide Serra, fondateur et gestionnaire du fonds d’investissement Algebris, ami et financier de Renzi : le 25 octobre 2014, lors de la dernière Leopolda, il a réclamé une limitation du droit de grève dans la fonction publique.

[8] La Confindustria est l’équivalent italien du Medef.

[9] Legge di stabilità, fondi pensione e trappola Tfr: le tasse « occulte » della manovra(huffingtonpost.it, italien, 16-10-2014)

[10] Plan de réformes du marché du travail, adopté en octobre 2014 : il ouvre la voie, en particulier, à la suppression de l’article 18 du Statut du travailleur, qui, depuis 1969, protège contre les licenciements abusifs. Voir l’article Jobs Act, ecco la bozza: contratto a tutele crescenti e assegno universale per chi perde il lavoro (huffingtonpost.it, italien, 08-01-2014)

di Luigi Pandolfi*

*Luigi Pandolfi, politologue et journaliste spécialisé dans les poblèmes liés à l’actuel modèle de construction européenne, est l’auteur de nombreux livres et articles de politique et d’économie. Il collabore notamment à Micromega, Linkiesta, Economia e Politica et L’Huffington Post italien. Parmi ses livres, Destra, correnti ideologiche e temi culturali nell’Italia repubblicana (2000); Un altro sguardo sul comunismo, teoria e prassi nella genealogia di un fenomeno politico (2011);Lega Nord, Un paradosso italiano in 5 punti e mezzo (2011); Crack Italia, La politica al tempo della crisi (2011). Il est aussi porte-parole pour la Calabre de l’association Gauche EuroMéditerranéenne (Sinistra EuroMediterranea).

 

Scritto da Redazione

Ti potrebbe interessare

Governo, dall’uscita dall’euro alla continuità col Pd

di RP Mentre la campagna (o il diversivo) contro i migranti miete successi a destra …

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *